MARIELLA BERGEN

Psychothérapeute et coach de vie

Surmonter une rupture, dépasser un mal-être, trouver ou retrouver votre énergie. Préparez une audition, un casting ou un entretien professionnel .Soignez le burn-out, et la dépression.Vous avez cliqué au bon endroit

Appelez-moi: 123-456-7890

Nous saurons trouver une solution à votre problématique

1

 

Appelez-moi Mariella

J’ai 51 ans, je suis d’origine Antillaise et j’ai voyagé de par le monde entier, avec une petite préférence pour l’Asie d’où j’ai ramené des techniques de bien-être et de lâcher-prise.

Je suis psychothérapeute, Coach de vie, Sexologue et Conseillère en Relation Conjugale.

Je suis également certifiée Praticienne en PNL, et technicienne en E.F.T.

Poussée par une véritable implication, un engagement fort et un dévouement envers les processus de changement, je mets à profit une vaste gamme d’expériences diverses pour vous permettre d’atteindre vos objectifs.

Mon approche est centrée sur le respect de l’autre, de sa culture, de sa spiritualité et de ses objectifs de vie.

 « J’aime mon métier, passionnément, je n’y suis pas arrivée par hasard. Je l’ai choisi pour aider et pour transmettre ».

J’apporte mon aide pour sortir du marasme et accompagner les personnes en détresse. Pour que cette détresse ne soit que ponctuelle, qu’elle ne dure pas.

S’ajoutent à mes compétences, une vie de couple de plus de 30 ans et un bonheur au quotidien, qui confère une certaine légitimité en matière de conseils conjugaux ».

Je vous aiderai

psychotherapeute paris

1

La crise d’angoisse un épisode d’anxiété qui va survenir brutalement et passer tout aussi rapidement. Elle va durer généralement entre 20 à 30 minutes. C’est un phénomène relativement fréquent puisqu’on estime qu’environ une personne sur vingt fera une attaque de panique au cours de sa vie, avec une prédominance féminine.

Elle peut survenir dans n’importe quel contexte. Elle peut être liée à un stress. Mais elle peut également se déclencher en dehors de tout facteur stressant. Elle peut avoir une relation avec une pathologie ou au contraire apparaître chez une personne ne souffrant d’aucune maladie particulière. La crise d’angoisse peut également être induite par la prise (ou le sevrage) de produits toxiques comme l’alcool, le cannabis, la cocaïne, etc.

La crise d’angoisse s’accompagne de toute façon d’un panel de symptômes physiques parfois spectaculaire qui amènent fréquemment à consulter dans les services d’urgences. Certains vont ressentir une impression de souffle coupé et de grande difficulté respiratoires. D’autres vont sentir leur cœur battre très violemment avec des sensations de tachycardie, des palpitations, des vertiges, des nausées. La soudaineté de tels symptômes peut faire penser à des problèmes cardiaques ou respiratoires graves.

Parmi ces symptômes physiques les plus fréquents, on va retrouver : des sensations d’étouffement et de blocage respiratoire, des sensations d’oppression voire des douleurs thoraciques, des palpitations, des sueurs, des tremblements, un sentiment d’étourdissement ou de vertige, une gène abdominale, des nausées et des vomissements, etc.

Ces différents symptômes somatiques vont s’accompagner de symptômes psychiques tout aussi violents. Une peur intense, une sensation de perte de contrôle totale de la situation et de soi-même. C’est un phénomène angoissant et complètement injustifié qui va provoquer aussi des comportements particuliers chez la personne en état de panique pouvant aller de l’agitation la plus extrême à l’absence la plus complète de réactions comme si elle se trouvait paralysée et inerte.

Le niveau d’anxiété augmente alors et un véritable cercle vicieux s’installe.

Il est très important alors de garder à l’esprit que les attaques de panique sont d’une durée très limitée qui ne va pas dépasser plus d’une trentaine de minutes.

Lors d’une crise d’angoisse, l’entourage revêt une grande importance. Tout comme s’isoler et de supprimer les éventuels éléments sources d’anxiété est primordial.

L’entourage peut rassurer la personne, lui expliquer qu’il n’existe aucun danger de mort et que les symptômes même s’ils sont très désagréables et angoissants sur le moment, vont rapidement disparaître.

Il faut aussi essayer de focaliser son attention sur sa respiration pour ne pas respirer trop rapidement, peut permettre de diminuer rapidement les symptômes de l’attaque de panique.

Si la crise se prolonge malgré toutes ces mesures, il se peut que le médecin envisage alors un traitement médicamenteux anxiolytique. Il ne sera pas systématique. Et surtout, ce sera normalement un traitement de court terme.

Il peut être intéressant d’apprendre à reconnaître les symptômes des crises d’angoisse afin d’anticiper une éventuelle récidive.

Rappelons-nous que la soudaineté et sa violence sont très alarmantes pour la personne qui est en train de la vivre, cependant il convient aussi de se souvenir que sa durée est très limitée dans le temps (entre 20 et 30 minutes) et que de nombreux sont les moyens thérapeutiques qui existent pour la prendre en charge.

1

Les émotions nous font parfois faire des choses que nous regrettons. On se souvient du coup de tête de Zidane en finale de la Coupe du monde en 2006 : une insulte et c’est le coup de sang, les nerfs lâchent et les conséquences sont irrémédiables.

La bonne nouvelle c’est qu’en matière émotionnelle, il n’y a pas de fatalité. Nous disposons de quatre voies d’accès à notre vie émotionnelle qui constituent autant de moyens d’action sur nos émotions : notre parole, notre pensée, nos actes et notre corps. Donc quatre moyens d’agir pour maîtriser nos émotions.

La parole provoque des émotions. Par exemple, lorsque je dis à quelqu’un : « Je ne veux pas m’énerver contre toi », je m’adresse cette parole d’abord à moi-même ; cela signifie que je suis déjà en colère mais que j’essaye par mes paroles de la dissiper, de l’exorciser. Un tel procédé se révèle efficace. En disant : « Je ne veux pas me mettre en colère contre toi », je parviens à maîtriser ma colère. La verbalisation du rejet de l’émotion agit sur elle.

La parole que l’on m’adresse a le même effet sur mes émotions. Par exemple, des paroles d’encouragement peuvent dissiper ma peur. Lorsqu’un proche me dit : « Ne t’inquiète pas, tout va bien se passer, tu es en sécurité avec moi, je suis là », ma peur diminue.

La parole agit sur nos émotions de manière très puissante ; elle est à l’origine d’une grande partie de nos émotions. Parlez-vous donc en silence et parlez au autres en exprimant votre ressenti avec des mots simples et respectueux.

La pensée provoque des émotions.  Imaginons que j’ai de mauvaises pensées concernant telle ou telle personne, à propos de ce qu’elle est ou de ce qu’elle a dit ou fait. Par exemple : « Comment a-t-il osé me parler comme ça ? Pour qui se prend-il ? On ne me parle pas comme ça.». De telles pensées font naître en moi des émotions négatives, et notamment la colère. Je m’auto-intoxique émotionnellement par mes pensées.

Ayez la pensée que ce qui compte pour être heureux, ce n’est pas ce qui nous arrive ou ce que les autres disent (cela ne dépend pas de nous), mais notre jugement sur ce qui nous arrive, la représentation que nous nous en faisons (qui dépend de nous).

En d’autres termes, si l’on peut modifier son jugement sur les choses, changer sa représentation, on modifie ses émotions. L’objectif est de dissiper les schémas de pensées négatives à l’origine de troubles émotionnels.

Les actes provoquent des émotions. Par exemple, si l’on a peur de quelqu’un et qu’on l’évite, notre peur de le rencontrer ne va faire que grandir. En revanche, si nous faisons face au danger, si nous l’affrontons, notre peur va diminuer. 

Parmi les actes les plus anodins et les plus simples à poser figurent les expressions faciales. Choisir d’adopter une certaine expression du visage ouvre la porte vers une certaine émotion. Ainsi, par exemple, si l’on prend l’expression du dégoût, on commence à l’éprouver ; si l’on sourit, on commence à ressentir de la joie.

Un proverbe chinois dit : « Qui sourit trois fois par jour n’a pas besoin de médicament ». Sourire est donc en soi une mini-thérapie.

Les actes des autres peuvent également susciter en nous des émotions. Par exemple, le sourire d’une personne, même inconnue, peut suffire à nous emplir de joie. Nous ressentons de la joie à voir quelqu’un de joyeux et nous ressentons de la tristesse à voir quelqu’un de triste.

A l’instar des paroles, les actes agissent donc sur nos émotions de manière très efficace et sont également à l’origine d’une grande part de nos émotions. Il s’ensuit que l’on peut agir sur la vie émotionnelle des autres par nos paroles et par nos actes. Souriez donc…

Le corps provoque des émotions. On voit, on entend, on touche, on goûte, on sent et ce que nos sens perçoivent déclenche des émotions.

Pour agir sur le corps, on dispose de nombreux moyens. Prendre ne serait-ce qu’une grande inspiration et une grande expiration, peut suffire à court-circuiter la colère. Aller courir, pratiquer un sport ou un art martial ou suivre une séance de yoga a également un effet dissipateur des émotions négatives.

On peut donc réguler ses émotions en agissant sur son corps, sur sa parole, sur sa pensée ou sur ses actes. 

Ces quatre moyens d’actions sur les émotions doivent être mobilisés de concert pour cultiver sa joie de vivre et entretenir celles des autres.

1

Afin de vous épanouir dans votre couple, il est préférable d’avoir quelques points communs, cela semble évident, soit ! Ce sont d’ailleurs ces similitudes entre vous qui vous ont attirée lors de vos premiers rendez-vous. Mais se ressembler ne signifie pas toujours être complices. La complicité est au-delà des points communs, parfois elle va même se trouver dans vos différences, dans ce que vous pouvez apporter à l’autre pour le compléter. C’est ainsi que certaines différences peuvent accroître la complicité au sein de votre couple. Par exemple, si votre chéri est extrêmement bien organisé et vous un peu désordonnée, vous pourrez vous compléter : vous dérangerez et lui s’occupera du rangement ! Et cela peut finir par lui plaire car vous pouvez compter sur lui et il se sentira essentiel à votre vie. Il en est de même pour d’autres types de tâches ménagères ou même dans vos idées. Si vous n’êtes pas d’accord sur tout, cela ne signifie pas que vous n’êtes pas faits l’un pour l’autre, au contraire, en échangeant vos points de vue, vous enrichissez chacun vos connaissances et votre vision de la vie et du monde.

Faites des activités ensemble

Évidemment, il n’est pas nécessaire de suivre votre doudou dans TOUTES ses activités, ni qu’il soit présent à toutes les vôtres. Mais il est important que vous passiez du temps ensemble à faire des choses que vous aimez tous les deux, qu’il s’agisse de sport – des randonnées à deux peuvent être très romantiques, de sortie plage, etc. – ou de voyages. Choisissez des destinations qui vous feront rêver l’un et l’autre, baladez-vous…

Ayez aussi votre cercle d’amis, des amis communs mais aussi des amis chacun de votre côté, car il est tout de même important de garder l’un et l’autre une marge de liberté, essentielle dans un couple. Vous pouvez sortir seul avec vos copines pendant que l’autre se fait une petite soirée avec ses amis à lui. Faites-vous aussi des soirées uniquement tous les deux, des dîners aux chandelles romantiques et érotiques… Car la complicité passe aussi par la sexualité. Une sexualité épanouie au sein d’un couple permet une plus grande connivence dans la vie de tous les jours.

Apprenez à communiquer

La communication est l’élément clé pour une relation sous le signe de la complicité. Un couple qui se parle, qui met des mots sur leurs difficultés, qui échange sur tout et n’importe quoi sera davantage épanoui qu’un couple qui ne se parle pas ou insuffisamment.

Par exemple, après une dispute, si vous vous fermez tous les deux, cela pourra mener votre couple à sa fin. Il est essentiel que vous parliez de ce qui vient de se passer. Dites à votre amour pourquoi vous vous êtes emporté, pourquoi il vous a énervé, ce que vous auriez aimé qu’il fasse et la manière dont il aurait dû réagir. Quant à votre partenaire, il est également indispensable qu’il vous explique ce qu’il s’est passé pour lui, ce qu’il a ressenti… En plus, souvent, lorsqu’on ose parler de la dispute qui vient de se passer, il y a de fortes chances pour que celle-ci se termine en réconciliation sur l’oreiller !

N’oubliez jamais que même si votre partenaire vous aime, une relation n’est jamais acquise, puisque vous évoluez l’un et l’autre, mais aussi l’un sans l’autre. Chacun de vous sera amené à changer, à grandir, à subir certaines épreuves avec vos familles, vos jobs respectifs, votre monde intérieur également. Pour que votre complicité grandisse et soit toujours présente au fil des années, il est important que vous vous fassiez confiance et que vous n’ayez que très peu de secrets l’un pour l’autre, même si vous devez bien évidemment avoir aussi votre petit jardin secret.

1

Les enfants naissent en ayant confiance en leur valeur personnelle. Mais à mesure que nous grandissons, les commentaires, les attentes déçues et l’attitude des autres à notre égard peuvent éroder cette valeur. Elle est pourtant ce qui nous permet de penser que nous sommes capables de faire de notre mieux avec nos qualités, de contribuer au développement de la société et de vivre une vie épanouissante. Reconstruire notre valeur personnelle est donc naturel, essentiel, et très sain.

La façon dont vous vous percevez, parlez de vous, et dont vous vous représentez deviendra votre réalité. Ainsi si vous vous dévaluez et que vous ne croyez pas en vous-même, vous allez progressivement vous mettre en retrait, perdre de votre confiance en vous et devenir presque une plante verte.

Un amour-propre sain reviendrait à devenir votre propre meilleur ami. Il n’est pas question de vous vanter toute la journée mais plutôt de prendre autant soin de vous que vous le feriez avec les autres, d’être tolérant et généreux comme vous l’êtes avec vos meilleurs amis.

Ne faites pas trop attention à ce que les autres pensent de vous. Cela n’aide en rien la façon dont vous construisez votre propre personnalité. Vous êtes le seul à pouvoir vous donner la confiance dont vous avez besoin pour avancer.

Apprenez à vous écouter et à faire confiance à votre instinct et non à répondre immédiatement à celui des autres. Une fois que votre entourage aura compris que vous répondez à tous leurs désirs, ils peuvent être moins à l’écoute de ce que vous pensez et établir donc une relation déséquilibrée dont il sera difficile de sortir. Lorsque vous vous faites confiance, vous réaliserez que vous êtes maitre de vos choix et vous apprendrez à les prendre en fonction de ce qui est bien pour vous, plutôt que ce qui arrange les autres ou ce que l’on attend de vous.

Nous avons souvent tendance à aller voir une autre personne pour essayer de nous analyser. Faites plutôt votre propre analyse.

Quelles sont mes expériences et comment ont-elles impacté mon évolution ?

Quels sont mes talents ? Faites une liste d’un minimum de 5 talents.

Quelles sont mes compétences ? Souvenez-vous que les talents sont innés, tandis que les compétences demandent une certaine pratique pour être perfectionnées.

Quelles sont mes forces ? Arrêtez de vous focaliser sur vos faiblesses, car vous l’avez surement déjà fait depuis suffisamment de temps. Prenez le temps de réfléchir à vos forces et à la meilleure façon de les exploiter dans votre vie et votre travail.

Qu’est-ce que je veux faire de ma vie ? Est-ce que c’est ce que je suis en train de faire aujourd’hui ? Si ce n’est pas le cas, quelle en est la raison ?

Suis-je satisfait de ma santé ? Sinon, pourquoi ? Et que puis-je faire pour changer cette situation et être en meilleure santé ?

Qu’est-ce qui me rend heureux ? Est-ce que je me concentre sur mon propre bonheur ou sur celui des autres ?

Arrêtez de faire dépendre votre estime personnelle aux autres. Si vous essayez de vous conformer à l’image que vous pensez que les autres ont de vous, vous mettrez entre parenthèses votre estime de vous.

Vous responsabiliser signifie aussi que vous devez prendre conscience que vous êtes seul maitre de votre attitude, de vos réactions et de votre estime personnelle. Comme le disait Eleanor Roosevelt : « personne ne peut vous diminuer sans votre accord ». Vous n’avancerez donc pas si vous continuez de laisser les autres ou les circonstances expliquer votre manque de confiance en vous.

Acceptez votre responsabilité. Prenez la décision d’agir sur votre vie. Même si vous avez l’impression que les autres vous empêchent d’avancer, déviez votre chemin, mais ne vous résignez pas.

Apprenez aussi à vous pardonner. Il est important que vous arrêtiez de vous en vouloir, car cela vous empêche d’aller de l’avant et de changer votre comportement. Arrêtez d’en vouloir à vos parents, au gouvernement, à vos voisins, etc. Ils n’y sont pour rien dans le mode de pensée que vous avez vous-même développé dans votre tête. Ils vous ont peut-être rendu la tâche plus difficile, mais cela ne doit pas être une excuse. Ne vous placez pas en martyr : il est de votre responsabilité de devenir une personne entière et forte.

Puis développez votre résilience. Les gens résilients ont la force émotionnelle de traverser les difficultés de la vie sans s’effondrer. Cela ne signifie pas que vous allez complètement ignorer les difficultés de la vie, mais que vous allez réagir différemment et apprendre à les dépasser. Vous avez toujours le choix entre vous rabaisser ou garder en tête votre propre valeur et rester ferme et résolu.

Afin de faire cela, focalisez votre énergie sur ce que vous devez faire pour changer une situation ou des circonstances. Vous n’êtes pas le seul à avoir traversé ces épreuves et vous pouvez résolument changer les choses.

Puis cessez de chercher à plaire à tout le monde. Cela est impossible, car même les personnes les plus conciliantes finiront par en agacer plus d’un, en particulier les personnes ayant une haute estime d’eux-mêmes. Lorsque vous arrêtez de chercher à plaire à tout le monde, vos désirs referont surface et vous pourrez vous concentrer sur votre propre bonheur et votre estime personnelle.

Restez concentré. Ne perdez jamais de vue votre estime de vous et l’importance qu’elle doit tenir dans votre vie. Prenez le temps d’évaluer régulièrement vos progrès et soyez patient. Cela peut prendre du temps pour changer l’image négative que vous aviez de vous.

Vivez l’instant présent. Vous pouvez bénéficier des expériences de votre passé, mais il est important de le laisser derrière vous. Le seul moment qui importe vraiment est le présent, car c’est le seul sur lequel vous avez réellement prise. Et si le présent ne correspond pas à votre idéal, faites en sorte que l’instant suivant le soit.

Ne rentrez dans une compétition qu’avec vous-même et non les autres. Ces accomplissements sont les vôtres et le plus important est la façon dont ils impactent votre vie. L’important n’est pas la perception qu’en ont les autres ou la comparaison avec les actes d’autres personnes.

Etes-vous à la recherche du parfait psychothérapeute?

Mes Services

La vie est ponctuée de moments difficiles ponctuels, parfois plus durables.

Les drames du quotidien peuvent nous plonger dans une détresse plus ou moins profonde.

Ne restez pas seuls avec votre souffrance.

Qu’il s’agisse d’une souffrance existentielle intolérable ou du simple désir de connaître le plein épanouissement, d’un besoin réel d’apaiser une souffrance ou simplement du désir ardent de s’épanouir, Venez m’en parler :

  • Des difficultés dans vos relations avec les autres (professionnelles ou personnelles) ;
  • Du désir de vivre plus intensément ;
  • Du désir de réorienter votre vie ;
  • De franchir des étapes et vous réaliser ;
  • De la clarification des objectifs et des priorités ;
  • L’angoisse ;
  • La dépression ;
  • Les troubles du sommeil ;
  • Les dépendances ;
  • Les troubles du comportement alimentaire ;
  • Le deuil ;
  • Le traumatisme ;
  • La thérapie de couple ;
  • La sexualité ;
  • La parentalité ;
  • La confiance en soi

 

 Ou tout simplement pour vous préparer à un entretien, un casting ou une séance photo

 

Je serai la pour vous

Obtenez de l'aide pour trier le bloc créatif de votre vie professionnelle

Pourquoi consulter un psychothérapeute ?

Consulter un psychothérapeute est une démarche personnelle et thérapeutique qui peut être motivée par des évènements de la vie, des traumatismes ou un besoin de retour à aux racines d’un symptôme ou d’un mal-être.
Mariella Bergen

Tarifs de nos consultations

Première consultation en psychothérapie

150€

POUR 1H00

Consultation de suivi psychothérapeutique

120€

POUR 1H00

Consultation de couple

180€

POUR 1H00

Suivi thérapie de couple

150€

POUR 1H00

Consultation famille

180€

POUR 1H00

Suivi thérapie familial

150€

POUR 1H00

Consultation à domicile

Laissez un message au praticien

POUR 1H00

Séance de travail, coaching - Développement professionnel

250€

POUR 1H30

Espèces et Cartes bancaires acceptées

Vous avez souffert de traumatismes et en gardez les séquelles : abus sexuel, séparation, deuil, agression.

Mes différentes formations, ma pratique et ma longue expérience de plus de dix ans, en qualité de psychologue, psychanalyste, psychothérapeute en individuel, en couple et en groupe de psychodrame, en cabinet me permettent d’accompagner mes patients de la façon la plus adaptée à leur demande et leur problématique.

J’exerce auprès d’adultes et d’adolescents dans un cadre thérapeutique fixé lors des premiers rendez-vous.

Une première rencontre permettra de nous connaitre, d’installer les bases d’une relation de confiance, de comprendre votre demande et vos besoins. Je pourrai ensuite répondre à vos questions, établir le cadre thérapeutique et envisager un projet de travail.

Rendez-vous

Réponse personnalisée par email via le formulaire de contact

RDV sur Doctolib

Contactez-Moi

Retour haut de page